Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

histoire d'afrique

Publié le par abdou atibou

Sans domicile fixe



Ne crache pas sur le trottoir

Le trottoir est mon lit

Un lit précieux pour moi

Qui vit comme une souris !



Ce bel et bien moi,

Un sans domicile fixe,

Totalement en émoi,

Qui s'approche vers toi !



Dans ce monde de supplice,

J’ai la peur de partir

De ses souffrances sans fin

Pour pouvoir en finir



De cette vie sans parfum

Partir vers l'autre demeure

L’autre incertaine demeure

Qui risque de faire de moi !



Un éternel sans domicile fixe

A en mourir de chagrin

De ces nuits ont la belle étoile

Tel un sapin de Noël

Ma vie se dessèche sans fin
  Afrique



   La terre des peuples solidaires,

Solidaires dans l’incertitude,

Dans sa grande solitude,

Solitude au goût amer,



Elle se déchire par les guerres,

Elle se suicide toujours par la faim,

Ne Sachant quand y mettre fin,

L’humanité prend très peur,



Dans cette Afrique pleines de terreurs,

Un ainsi grand continent de la peur,

Ses quartiers sont dans la torpeur,

Ses rues ne sont que misères,



Elle étend ses mains vers le monde,

Mains cicatrisées et pleines de sang,

Telle une veuve meurtrie,

Elle reçoit toujours des miettes



Ses enfants s’exilent vers l’occident,

Fuyant ce continent de désespoir,

Humiliés pendant des siècles,

Ils sont incompris de passants.
Enfants soldats



I

Enfants adorant jouer au ballon

Ils aiment bien jouer

Dans leur univers de pardon

Ils ne connaissent que la joie



II

Parents les arrachant à la vie

Cupides et insatiables

Ils font d’eux une boucherie

Dans leur lutte implacable



III

De conquête de ce pouvoir

Un pouvoir assis sur le sang

Sans pour autant les émouvoir

Et le faisant d’un cœur conscient



IV

Conscient de détruire l’avenir

De leurs enfants dans cet horreur

Loin de vouloir les soutenir

Ils les éloignent du bonheur





V

Et les mères en sont agitées

Enfants criminels malgré eux

Ils n’arrivent plus à s’arrêter

Nos villages sont malheureux.

Clandestins



I

Désespérés du continent



Un continent de crise sans fin

Qui fait d’eux de si grand mécontent

Dans ce triste continent de faim



II

Ils partent vers cet Europe

Continent de leur futur bonheur

Qui décide de fermer ses portes

Exprimant sa terrible peur



III

En laissant tout derrière eux

Ils partent dans l’incertitude

Venant d’un monde de grande torpeur

Ils y vont avec promptitude



IV

Tels condamnés dans un couloir

Ce grand couloir triste de la mort

Ils acceptent le destin sans vouloir

Une acceptation de remords



V

Sort triste d’une Afrique

Qui voit ses enfants se dispersés

Echangeant un regard réciproque

Elle en est tout désabusée.

histoire d'afrique
histoire d'afrique
histoire d'afrique
histoire d'afrique

Commenter cet article